Le changement d’année est propice à la réflexion à de nouvelles résolutions. Même si souvent il s’agit d’une manière de se pardonner soi-même de ne pas les avoir déjà suivies ! Et la question de changer de job fait partie des sujets traités.

Je rencontre régulièrement des candidats qui ont fait preuve d’une certaine forme d’abnégation ou de résilience dans leur parcours professionnel en poursuivant leur collaboration dans des conditions compliquées (à cause ambiance, rémunération, management, transports, missions, …) voire parfois au-delà du supportable. Mais ils sont de moins en moins nombreux !

Lorsque je les questionne sur les raisons qui les incitent à regarder si l’herbe est plus verte ailleurs, spontanément j’obtiens les réponses classiques :

  • Pas d’évolution de carrière
  • Pas d’augmentation de salaire
  • Lassitude de toujours effectuer des missions identiques

Mais en creusant un peu, je découvre que l’origine des doutes de ne plus se sentir si bien que ça dans l’entreprise réside ailleurs.

Quels sont les 2 premiers facteurs déclencheurs de doute pour les salariés ?

  • Le manque de considération
  • L’absence de reconnaissance

Demander leur avis, les écouter, partager des moments avec eux et leur dire « merci », « bravo », ou encore « top » alimente leur motivation intrinsèque davantage qu’une prime !

La force d’un management humain dans la fidélisation est impressionnant ! Autant j’ai entendu des candidats m’expliquer qu’ils avaient changé d’entreprise à cause de leur manager, autant j’ai également entendu le contraire. Je me rappelle de candidats qui s’étaient enfermés dans une fonction qu’ils maîtrisaient parfaitement, uniquement pour conserver leur binôme avec leur responsable !

Alors, chers employeurs, afin de limiter l’envie de vos collaborateurs de découvrir de nouveaux horizons professionnels, soyez exigeants et surtout humains !

Et maintenant, à vous de réussir vos recrutements !